Sportfasting, Dirk Schrama nous raconte son expérience

Parce que je cours sur de très longues distances, je suis toujours à la recherche de moyens d’améliorer mon mode de vie dans le but de courir plus souvent ou plus longtemps. Je pense que l’alimentation représente l’un des aspects les plus importants. Ainsi, le mois dernier, j’ai suivi un programme de 10 jours de « sportfasting », un mélange de sport et de jeûne. Je suis végétarien et je me renseigne énormément sur la nourriture. J’ai lu beaucoup de choses sur le sportfasting et d’autres ultramarathoniens qui suivent ce programme. Les opinions sont partagées et vous savez ce qu’on dit : il faut essayer pour juger. J’ai donc recherché un bon coach certifié et je me suis inscrit au programme.

 

« Le Sportfasting est une méthode unique et efficace, qui se concentre sur la modification de votre métabolisme pour opérer un changement durable de la combustion du sucre vers la combustion des graisses. Vous réaliserez ce changement métabolique en associant le jeûne et un régime adapté à des compléments alimentaires et de l’exercice physique.

Le changement métabolique stimulera votre corps de manière à lui faire gagner en énergie à partir de la graisse au lieu du sucre. On observe alors une diminution des surplus de tissu adipeux et une baisse des envies de sucre. Les résultats sont impressionnants : vous serez en meilleure forme, plus mince et plus dynamique en seulement 10 jours et pour longtemps ! Après le programme, les résultats seront entretenus en suivant quelques conseils simples (« Keep the Switch », ou maintenir le changement). Votre parcours personnel de sportfasting sera établi de manière professionnelle par un coach de sportfasting certifié ; il sera adapté à vos besoins et respectera vos limites. Cette méthode de coaching personnalisée permettra de suivre le programme en bonne et due forme et d’atteindre des résultats maximaux.

Si vous êtes en bonne condition physique et mentale, que vous souhaitez continuer à faire de l’exercice et que vous êtes préparé à adapter votre régime alimentaire, le sportfasting est la solution qu’il vous faut pour embrasser ce changement et pour vivre une vie de minceur, de forme et de vitalité. – Sportvasten.nl »

Au jour 0, j’ai pris mon dernier apport calorique. C’était un mercredi et je revenais à peine d’un ultramarathon éprouvant de 150 km dans les montagnes espagnoles, organisé le weekend précédent. Et oui, j’avais battu mon record personnel du nombre de pas en une journée, dépassant le seuil des 100 000 pas que j’avais abordé dans mon précédent article. J’ai perdu beaucoup de poids et brûlé énormément de calories pendant cette course mais j’ai bénéficié de trois jours de nourriture à volonté pour restaurer mon poids et mon énergie. C’est ce jour-là que j’ai rencontré mon coach, Inge van Haselen, qui m’a fourni mon kit de démarrage pour le programme. Le kit contient quelques compléments indispensables :

food for sportfasting

• Metabolic Switch Homme/Femme
• Sportfasting Multi
• OmegaHealth extra insaturés
• Calcium-Magnésium-Zinc tamponné
• Bandelettes urinaires Sportfasting

Nous avons discuté des jours à venir et elle m’a donné quelques derniers conseils. Elle m’a également remis un programme sur 10 jours avec le détail des repas pour chaque journée. Le premier jour, c’était plutôt facile, mais survivre avec 150 ml de jus de fruit frais par repas représentait un vrai défi !

 

C’est parti !

Le premier jour, j’avais encore droit à de la nourriture. L’idée est de manger moins à chaque repas pour finalement arrêter complètement de manger. Voilà ce que j’ai avalé ce premier jour :

• Petit-déjeuner : 2 morceaux de fruit et 250 ml de jus
• Déjeuner : 100 grammes de salade, 2 tomates, 10 olives et 50 grammes de pistaches
• Dîner : 200 grammes de légumes et 50 grammes de pistaches

Comme vous pouvez le constater, les pistaches constituent l’ingrédient secret. Chaque jour, vous devez également faire du sport pendant 30 minutes à une zone de fréquence cardiaque spécifique. En tant que coureur, j’ai choisi la course à pied comme activité quotidienne. C’était mon premier jogging depuis la course en Espagne quelques jours auparavant et plusieurs personnes m’avaient averti que c’était trop tôt et que je n’étais pas encore complètement remis. Ils avaient peut-être raison mais le problème, c’est que mon calendrier sportif est tellement rempli que c’était le seul moment disponible dans mon agenda pour entreprendre le sportfasting. De toute façon, le premier jour était plutôt facile.

Rien de spécial non plus le deuxième jour. J’ai acheté toute la nourriture nécessaire pour le programme de 10 jours et il ne m’a pas semblé très difficile de faire les courses, même si je n’ai pas pu acheter ce que j’aime manger d’habitude. Je ne ressentais pas encore la faim et j’ai eu une journée de travail normale. Le plus difficile, c’était d’avaler les pilules car les compléments sont plutôt gros.

C’est le troisième jour que tout a réellement commencé pour moi. J’avais avalé mes derniers aliments solides au déjeuner de la veille et ce jour-là, je n’avais droit qu’à : 300 ml de jus et 450 ml de jus de tomate. Même pas de pistaches. Je commence à avoir une sensation de faim. Souvent, j’aime bien grignoter des noix ou des olives quand je lis un livre. Paradoxalement, mon jogging se passe bien, je vais beaucoup plus vite que les jours précédents. Peut-être parce que j’ai perdu beaucoup de poids. Quand je suis parti en Espagne, je pesais 72 kilos, avec une masse grasse d’environ 7,5 selon mon Health Mate de Withings. Le vendredi soir, mon poids était tombé à 67,8 kilos, avec une masse grasse de 6,3.

dirk_weight
Les journées quatre, cinq et six sont les jours où le « changement » va s’opérer. Pendant cette phase, vous buvez 450 ml de jus répartis sur l’ensemble de la journée. En complément, vous pouvez boire de l’eau, du thé et du café. C’est tout. J’ai toujours aimé me mettre au défi et voir jusqu’où je peux aller. Alors au lieu de prendre une journée de repos pendant ces trois jours, comme il eût été préférable, je me suis inscrit comme volontaire pour une séance d’entraînement militaire de 10 heures. Pas vraiment l’idée du siècle. Le premier effet indésirable se fait sentir : j’ai froid ! Je suis déjà plutôt maigrichon, et le fait d’arrêter de m’alimenter n’arrange pas les choses. Sans graisse sur les os, rien ne vous protège du froid. L’activité avait lieu par un temps froid typique des Pays-Bas, avec en prime beaucoup de vent ce jour-là. Quelques amis fêtaient leur anniversaire autour d’un gâteau et plaisantaient à propos de mon jeûne. Bizarrement, je n’avais pas faim du tout et il ne m’était pas difficile de dire non à la nourriture. Le soir (deux heures après mon jogging), je devais uriner sur une bandelette. C’est de cette façon que l’on peut vérifier si le changement s’est déjà opéré. Sur une échelle de 1 à 5, 5 étant le résultat optimal, je ne me situais qu’entre 1 et 2, ce qui était plutôt décevant.

 

Quand le corps dit non

J’ai un ami qui a dû abandonner le sportfasting après quelques jours pour des raisons de santé. Le cinquième jour, c’est là que mon corps a commencé à protester pour la première fois. La journée avait pourtant bien commencé et j’étais même sorti dîner avec mon associé. C’est au travail que tout a commencé à tourner au ralenti. C’était comme si j’étais un peu ivre. Après avoir couru dans le même parc à Amsterdam pendant plusieurs années, je sentais à présent des odeurs de chocolat partout et j’ai même trouvé une pâtisserie que je n’avais jamais remarquée auparavant. Je pense qu’à ce stade, mes sens commençaient à faire attention à la nourriture. Je sentais également une autre odeur : l’ammoniac. J’ai contacté mon coach, avec qui j’étais en contact tous les jours pendant le programme, et elle m’a indiqué que je brûlais des protéines ou du muscle. Ce n’est pas le but, donc le lendemain j’ai dû acheter un complément spécial à base de L-glutamine.

dirk_fatmass

Le deuxième effet indésirable me semble maintenant évident : je deviens trop maigre. Si je regarde mon Indice de Mass Corporelle (et mon miroir), je vois bien que je suis en sous-poids. Croyez-moi, il n’y a rien d’amusant à faire du vélo avec un sac à dos lourd sur les épaules lorsqu’on n’a plus de graisse sur les os. Vous sentez littéralement vos os lorsque vous êtes allongé dans votre lit. À la fin de la journée, j’en suis à 66,6 kilos, 5,2 % de masse grasse et un score de 3,5 sur la bandelette.

Le sixième jour est la dernière journée sans rien manger. Lorsque j’ai essayé mon Withings Pulse le matin, il ne fonctionnait pas, comme les deux jours précédents. Mon pouls était certainement trop faible pour être mesuré. Mes doigts étaient très froids et j’imagine qu’il n’y avait pas beaucoup de sang au bout.

dirk_banana

Après avoir consulté mon coach, j’ai dû boire un peu plus de jus et prendre de la L-glutamine. J’avais la tête qui tournait et je me sentais fatigué. C’était la première fois que j’avais envie de mettre fin à cette expérience. Heureusement, j’ai pu recommencer à manger le lendemain. Le jogging s’est mal passé, j’étais épuisé et lent. Je n’avais plus envie de courir. Par contre, je n’avais toujours pas faim, c’était étrange. Mon corps a atteint son point le plus bas avec un poids de 65,8 kilos et un pourcentage de masse grasse de 4,8. Il était temps de recommencer à manger ! Le soir, j’atteignais un score de 4,5 : le changement s’est opéré. Hourra !

Le septième jour, j’ai mangé les deux meilleures bananes de ma vie. Puis la faim est arrivée. On aurait dit que mon corps se réactivait et que dès que je lui donnais à manger, il en voulait davantage ! Le jogging s’est bien passé et l’odeur d’ammoniac avait presque disparu. Les jours 8, 9 et 10 sont plutôt similaires. La course à pied se passe bien et je mange un peu plus chaque jour.

 

Quel résultat ?

Les résultats du sportfasting doivent se décomposer en trois aspects : vous serez plus mince, plus en forme et plus dynamique. J’étais déjà plutôt mince et j’ai encore maigri pendant le processus. Aujourd’hui, je suis revenu à la normale. Je me sens vraiment en forme, mais je pense que je l’étais déjà avant. Et il ne fait aucun doute que je suis plus dynamique. Les quelques ajustements dans mon régime ont donné de bons résultats. L’une des raisons pour lesquelles je me suis lancé, c’est que je souhaitais pouvoir courir sur des distances encore plus longues et pouvoir utiliser toutes les sources d’énergie de mon corps. En brûlant également de la graisse pendant un long ultramarathon, je disposerai d’une source supplémentaire.

Je n’ai pas encore vraiment essayé de voir si je pouvais courir plus longtemps. Dans les prochaines semaines, j’ai quelques marathons à obstacles prévus, donc je vais être totalement mis à l’épreuve. C’était vraiment une expérience intéressante. Je sais maintenant que le corps peut résister à l’absence de nourriture pendant plusieurs jours et je sais aussi à quel point il est important pour son corps et son bien-être de BIEN s’alimenter. Si vous souhaitez vous-même tenter le sportfasting, vous devez vous préparer à trois choses :

• Vous aurez froid (donc peut-être le faire en été)
• Tout tournera un peu au ralenti
• Vous allez maigrir mais vous reprendrez du poids rapidement (donc ne croyez pas qu’il s’agit de la recette miracle pour perdre du poids)

 

Un réçit de Dirk Schrama, qui nous à déjà inspiré pour la création du badge 100 000 pas par jour