5 écrivaines qui prennent le temps de faire du sport

5 écrivaines qui prennent le temps de faire du sport

Inspirations
Copié !

L’écriture a beau faire partie des activités dites “sédentaires”, certains auteurs puisent leur inspiration dans des séances très sportives. Lisez les interviews qui suivent pour découvrir comment ces 5 femmes marient écriture et activité.

On parle souvent d’exercices d’écriture, mais rarement d’écrivains qui s’exercent. Et si on changeait cela ?

Même si l’écriture impose de rester assis de longs moments, la qualité de la prose n’est pas proportionnelle au temps passé sur le canapé. Charles Dickens (Oliver Twist, David Copperfield, …) est reconnu pour la qualité de ses écrits, mais l’on dit aussi qu’il avait l’habitude de marcher jusqu’à 30 kilomètres par jour. Par les temps qui courent, la plupart d’entre nous sommes obligés de rester assis au travail et il est souvent dur de trouver le temps pour faire de l’exercice. Et si nous nous inspirions de certains littéraires ? Nous avons rencontré 5 écrivaines passionnées, véritables bourreaux de travail, qui vantent les bienfaits de leurs pratiques sportives sur leur santé, leur bonheur et même leur inspiration.

Susan Shapiro

Susan-Shapiro

Lieu de résidence : New York

Reconnaissances : Auteur de 10 best-sellers, elle a aussi été récompensée pour son parcours de professeur universitaire à la New School et la New York University.

Ouvrages : Le nouveau roman de Susan Shapiro, What’s Never Said en anglais, sortira le 3 août aux Etats-Unis.

Temps quotidien consacré à l’écriture : « De 9h du matin à 17h, au moins 6 jours par semaine. »

Activité : « Dans mon livre intitulé Speed Shrinking, je raconte que j’ai l’habitude, le soir, de passer une heure à arpenter le Washington Square Park et à discuter avec certains étudiants. Nombre d’entre eux ont d’ailleurs utilisé ces sorties pour que nous discutions la trame de leurs livres. Aspen Matis, une de mes étudiantes qui vient d’achever un livre à propos de la randonnée sur la côte Pacifique, est un bon exemple. Elle vit dans le quartier du Village, et comme nous vivons toutes les deux beaucoup la nuit, nous marchons ensemble pendant une heure au moins une fois par semaine, parfois même à minuit. Elle m’a fait l’honneur de me dédier son livre.

J’ai aussi une ancienne étudiante, Sarah, qui est professeur de Yoga. Deux soirs par semaine, nous nous voyons pour une séance mélangeant yoga et travail. Elle me donne un cours de yoga de 45 minutes, puis elle me fait relire ses travaux. Je fais la même chose avec Jessica, une autre étudiante qui est aussi coach sportive. À un moment donné je faisais trop d’exercice, je me suis blessée aux ligaments et j’ai fait la rencontre du thérapeute Kenan Trebincevic. Je trouvais les exercices de rééducation particulièrement ennuyeux mais à force de lui poser tout un tas de question sur sa vie et après qu’il ait suivi mon séminaire sur l’écriture, nous avons décidé de co-écrire un livre ensemble. Nous nous voyons toujours une fois par semaine pour des séances privées. Ce qui est assez drôle, c’est que les jeunes étudiants qui m’aident à m’entraîner rencontrent souvent un grand succès lorsqu’ils publient leurs livres. Comme je m’ennuie terriblement en faisant des exercices, je leur pose plein de questions sur leur travail et je leur donne des conseils. »

À propos : Susan Shapiro a aussi expliqué dans un article comment la natation l’avait sauvée de ses addictions à la cigarette et à l’alcool. Suivez-la sur Twitter @Susanshapironet

***

Joan Wolf

WolfJoan_picture of me_7204

Lieu de résidence : Connecticut

Reconnaissances : Au 1er juillet 2015, un de ses livres était en tête des ventes sur Amazon et Joan Wolf arrivait 2ème au classement des meilleurs auteurs de romans d’amour.

Ouvrages : Joan Wolf a publié plus de 47 romans de genres différents, et dont le récit prend place à différentes époques.

Temps quotidien consacré à l’écriture : « Je suis satisfaite si j’écris pendant deux heures. »

Activité : « Depuis l’enfance, je suis une grande fan des Yankees. J’ai joué au basket en universitaire et j’ai essayé à peu près toutes les activités que l’on peut faire à New York : punching ball, roller, corde à sauter, etc… Rien ne me rend plus heureuse que d’être dehors à faire du sport.

Actuellement je me consacre à deux activités en particulier, qui sont liées à mes animaux. Tous les matins, je promène mon chien (un Rat Terrier) pendant une heure dans les bois. C’est une bonne activité pour nous deux. Fut un temps, j’avais des chevaux que je montais tous les jours, mais je me contente aujourd’hui de monter le cheval d’un ami deux fois par semaine. Romeo est un ange et nous nous comprenons à merveille. Je fais des ballades mais aussi du dressage. Et ça, je peux vous assurer que c’est du sport ! Ce sont vraiment les meilleurs moments de ma semaine, et je vous avoue que je ne peux m’empêcher de faire une sieste quand je rentre à la maison ! »

À propos : Joan Wolf ne se contente pas de monter à cheval, elle en parle aussi souvent dans ses livres. Suivez la page Facebook de Joan Wolf pour tout savoir de son actualité.

***

Edie Meidav

Edie-Meidav

Lieu de résidence : Massachusetts​

Reconnaissances : Prix Kafka pour le meilleur roman d’une auteur Américaine, Prix de la fiction Bard dans la catégorie des écrivains de moins de 40 ans, elle est aussi professeur à la University of Massachusetts et au Amherst College.

Ouvrages : Edie Meidav a écrit trois livres, dont le plus récent Lola, California.

Temps quotidien consacré à l’écriture : « Une à dix heures. »

Activité : « J’ai besoin de compenser la sédentarité de la vie d’écrivain avec du mouvement. Cela fait des années que le sport booste mon moral.

Dès que je fais du yoga, que je danse, nage, cours, marche ou fais du vélo avec un ami, je me sens mieux, dans ma tête et dans mon corps. Je suis aussi beaucoup plus détendue avec mes enfants, mon mari, mes amis et mes étudiants. Et surtout, le sport libère mon écriture. Si j’ai été assez dynamique, je peux rester assise pendant plusieurs heures et faire preuve de la concentration et de l’endurance nécessaires pour l’écriture d’un roman.

Les grands yogis faisaient leurs asanas pour pouvoir méditer, assis, pendant des heures. Si l’on se dit que l’écriture nécessite autant de concentration que la méditation, alors le moindre mouvement nous rend plus inspiré pour écrire. »

À propos : Suivez Edie Meidav sur Twitter @lolacalifornia

***

Leigh Stein

leigh-stein

Lieu de résidence : Connecticut

Reconnaissances : Son roman The Fallback Plan a été adoubé par le New York Magazine.

Ouvrages : Leigh Stein est l’auteur de trois livres

Temps quotidien consacré à l’écriture : « Si le temps que je passe à écrire correspond au temps que je passe voûtée sur mon ordinateur portable, alors je dirais que j’y passe 10 heures par jour. »

Activité : « J’ai joué au softball et j’ai rêvé de devenir la première femme receveuse pour les Chicago White Sox. J’ai aussi fait de la gymnastique en compétition.

Une fois par jour, je vais à la gym dans l’immeuble où j’habite. Je puise mes nouvelles idées d’exercices dans des magazines pour rester motivée. J’écoute aussi des podcasts pour ne pas m’ennuyer pendant mes entraînements. »

À propos : « Par le passé, j’ai joué pour l’équipe de softball du journal le New Yorker . Et à chaque fois, nous nous faisions écraser par l’équipe de Vanity Fair. Ca craint. » Suivez Leigh Stein sur Twitter @rhymeswithbee

***

Marivi Soliven

soliven

Lieu de résidence : Californie

Reconnaissances : Son roman The Mango Bride lui a value le Grand Prix du Roman des Palanca Awards en 2011. Les Palanca Awards sont l’équivalent du Prix Pulitzer aux Philippines. Ce même roman a aussi remporté le titre de la meilleure fiction contemporaine lors des San Diego Book Awards de 2014.

Ouvrages : Marivi Soliven est l’auteur de 17 livres

Temps quotidien consacré à l’écriture : « Deux à trois heures. Comme j’ai un métier à côté, je commence à écrire à 6 heures du matin, je suis un cours de yoga vers 8 heures, puis je vais au travail.”

Activité : “J’ai commencé le yoga il y a 6 ans. Peu de temps avant que Penguin ne publie mon livre, j’ai suivi un cours intensif de yoga pendant 2 semaines pour me préparer à une tournée promotionnelle à travers 17 villes et 3 pays. Cela a complètement changé ma vie.

Le syndrome du canal carpien dont je souffrais auparavant s’est calmé. Ma posture s’est enfin améliorée. Dès que je suis face à un mur lorsque j’écris un roman, je laisse l’intrigue de côté et je suis un cours de yoga d’une heure. Ma séance de yoga m’aide à trouver des réponses à mes questions et me permet de me remettre à écrire.

La pratique régulière du yoga m’a permise d’être suffisamment concentrée et persévérante pour terminer mon roman. Le yoga est devenu si vital pour moi que je l’ai intégré à une scène du roman et que j’ai remercié tous mes professeurs à la fin du livre. Je suis en meilleure forme et plus souple aujourd’hui que quand j’avais 18 ans ! Il y a peu de temps, j’ai fêté la journée mondiale du yoga et j’ai récolté des fonds pour l’UNICEF au Népal en faisant 108 salutations au soleil. »

À propos : Suivez Marivi Soliven sur Twitter @marivisoliven

***
Nous tenons à remercier les écrivaines qui ont partagé leurs histoires personnelles. Si vous aussi vous restez assis pendant de longues heures, mais que vous arrivez à vous réserver du temps pour faire du sport, partagez vos astuces et vos activités dans les commentaires de cet article !

Loading Article...