L’Histoire de la brosse à cheveux

L’Histoire de la brosse à cheveux

Se revitaliser
Copié !

Avec l'omniprésence des lisseurs, sèche-cheveux et autres fers à friser, nous avons un peu tendance à oublier les éléments de base de notre panoplie de soins capillaires, par exemple... La brosse à cheveux ! La plupart d'entre nous l'utilise au quotidien, que ce soit pour un rapide démêlage ou une coiffure soignée. Mais la brosse à cheveux, telle que nous la connaissons, n'a pas toujours existé... Découvrez l'histoire qui décoiffe de la brosse à cheveux !

L’histoire commence… avec un peigne !

Découverts par des archéologues sur des sites paléolithiques à travers le monde, les peignes figurent parmi les premiers outils créés par l’homme. Sculptés dans des os, du bois ou des coquilles, ils étaient initialement utilisés pour assurer la toilette des cheveux et les préserver des parasites, notamment des poux. Évoluant au fil du temps, le peigne s’est mué en parure de cheveux et avait pour vocation de faire étal de la richesse et du pouvoir, notamment en Chine ou en Égypte. C’est de ce signe extérieur de richesse qu’est née la cousine du peigne : la brosse à cheveux.

Au fil des époques, de l’Égypte antique à la Maison de Bourbon, les coiffures sophistiquées – perruques et coiffes fleuries entre autres – avaient, elles aussi, pour but d’afficher la richesse et le statut social. Outil d’esthétisme par essence (et non pas de toilette), les brosses à cheveux étaient un plaisir exclusivement réservé à ceux qui avaient les moyens de se les procurer. En 1880, chaque brosse était même unique et soigneusement fabriquée à la main ; une tâche qui impliquait la sculpture ou la forge d’une poignée dans du bois ou du métal, ainsi que la couture à la main de chacun de ces poils. Raison pour laquelle les brosses n’étaient généralement achetées et offertes qu’à des occasions très particulières, mariages ou baptêmes, et chéries à vie. Pour autant, à mesure que les brosses gagnaient en popularité, les fabricants de brosses furent contraints d’uniformiser les procédures de fabrication, pour faire face à la demande.

En 1777, William Kent créa Kent Brushes à Hertfordshire, en Angleterre : une société connue comme étant le tout premier fabricant de brosses à cheveux au monde. Elle concevait ses brosses à partir de bois et de poils naturels (provenant essentiellement de poils et fourrures d’animaux), et chaque brosse impliquait la participation de jusqu’à 12 personnes. 230 années plus tard, Kent Brushes détient encore le titre de « plus ancien fabricant de brosses à cheveux au monde ».

Après avoir connu l’essor de son développement en Angleterre, la brosse à cheveux classique poursuivit son évolution de l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis. Là-bas, de multiples entrepreneurs ont contribué au développement de cet outil, à l’image d’Hugh Rock, le créateur qui a breveté les garnitures de brosse en 1854, ou encore Samuel Fiery, dont les fabrications exclusives dotées de poils naturels et de serre-fils élastiques remontent à 1870.

Mais d’après Susan Holloway Scott, auteur de fictions historiques comptant plus de 50 publications à son actif et créatrice du site TwoNerdyHistoryGirls.com sur lequel elle écrit au sujet de l’histoire, l’importance des brosses à poils naturels et autres peignes taillés dans la corne aux 18e et 19e siècles peut être expliquée autrement. Scott affirme « qu’au lieu de les laver au shampoing, c’était à l’aide d’un brossage quotidien que les femmes entretenaient leur chevelure. » Tout d’abord, elles massaient leurs cheveux avec une pommade parfumée à base de matières grasses pour les traiter, puis les dépoussiéraient avec une poudre riche en protéines à base d’os broyés, afin d’absorber les excès d’huile et de saleté, à la manière d’un shampoing sec contemporain. Venait ensuite la partie la plus importante du processus : le brossage ou le peignage vigoureux visant à balayer la poudre et la saleté restantes et à faire pénétrer la pommade aux extrémités des cheveux. Les ancêtres du mouvement « no-poo » avaient ainsi une chevelure brillante et traitée, apte à conserver les styles sophistiqués de leur époque.

Près d’un siècle et une révolution industrielle plus tard, en 1885 très exactement, la foreuse à brosse automatique fut inventée, permettant par ailleurs la fabrication des brosses à cheveux à une vitesse en meilleure adéquation avec les besoins du marché. La même année, Mason Pearson élabora également la « brosse à coussinets en caoutchouc », création qui fut perfectionnée dans les années 20 et reste toujours populaire à ce jour dans la gamme des brosses à cheveux modernes.

Pourtant, ce n’est que lorsque Lyda Newman entra dans la danse que les brosses que nous connaissons aujourd’hui prirent forme. En 1898, Lyda Newman, inventrice afro-américaine, coiffeuse et militante pour le droit des femmes, modifia sensiblement la brosse à cheveux : son modèle breveté était agrémenté de poils synthétiques durables, ainsi que d’une chambre d’aération facilitant le nettoyage, et disposait également d’un espace de stockage pouvant accueillir les débris de poils et de cuir chevelu. Pour ceux qui utilisent des sèche-cheveux, les alternatives aux brosses ventilées de Lyda Newman font aujourd’hui légion dans les salles de bain. Malgré tout, la création des brosses rondes est attribuée au styliste français Patrick Alès qui, en 1965, a décidé de se défaire du coiffage aux rouleaux chauffants au profit des brushings volumineux, à l’aide d’une brosse ronde qu’il a lui-même inventée.

De nos jours, la diversité de brosses est au moins aussi vaste que celle des cheveux. Certains brosses, à l’image des Kent Brushes, sont toujours fabriquées à la main à partir de bois et poils minutieusement sélectionnés, tandis que les autres sont composées de plastique et de caoutchouc. Certaines brosses sont destinées à la coiffure, d’autres restent des outils de démêlage et de toilette.

D’autres ne sont apparues qu’à l’ère de la technologie, à l’image de notre brosse intelligente, Hair Coach, qui verra le jour incessamment sous peu. Grâce à la Kérastase Hair Coach, créée par Withings, vous pouvez évaluer la santé de vos cheveux, notamment leur niveau de sécheresse, d’endommagement, de cassure et d’emmêlement, simplement en les brossant. Cette brosse vous aidera même à analyser votre brossage, vous permettant ainsi d’éviter d’abîmer vos boucles. Les données obtenues se synchroniseront automatiquement sur l’application Hair Coach, afin que vous puissiez suivre l’évolution de vos cheveux et détecter tout changement au niveau de leur santé.

La prochaine fois que vous vous emparerez de votre brosse, prenez une minute pour contempler le temps et la réflexion investis dans cet objet, capable d’apprivoiser vos boucles les plus ardues !

Annelise Driscoll

Annelise is a graduate of Hamilton College who enjoys writing, reading and roller derby. When she isn't noveling, she can be found doing yoga and watching British baking shows.
Loading Article...