Quel est l’impact des fêtes de fin d’année sur nos habitudes ?

Quel est l’impact des fêtes de fin d’année sur nos habitudes ?

Data
Copié !

Dans une nouvelle étude inédite, Withings a étudié le comportement de 5 pays pendant les fêtes de fin d’année et le début d’année suivant. Pour cela, nous avons observé l’impact de ces fêtes sur les habitudes de sommeil, l’activité et le suivi du poids.

Pendant les vacances de fin d’année, les habitants des 5 pays de cette étude se sont couchés environ 30 minutes plus tard que d’habitude (vers minuit au lieu de 23h30). Bien entendu, la soirée du réveillon du premier de l’an atteint un record avec une heure de coucher moyenne à 01h29 du matin (et même près de 2h00 en France qui dépasse pour une fois les Japonais). On observe également sur le graphique ci-dessous la saisonnalité des heures de coucher avec les 2 pics du vendredi et samedi soir.

Si l’on se concentre sur les horaires de réveil, on peut voir également que les vacances de Noël sont propices à de belles grasses-matinées. Avec une moyenne de 7h en semaine hors vacances et une moyenne qui oscille entre 8h et 8h30 pendant ces vacances, les gens peuvent donc profiter d’1h à 1h30 supplémentaire pour rester au lit le matin. Encore une fois, le 1er janvier est la soirée de tous les records car la moyenne atteint 9h09 ce jour-là (9h39 en France). Ici on retrouve une saisonnalité de la semaine avec des pics de grasse-matinée le samedi et dimanche matin.

Regardons maintenant le niveau d’activité sur cette période. Cette fois-ci c’est l’inverse. On voit bien qu’à Noël, les gens dorment plus mais marchent moins. Ils ne profitent pas de leurs vacances de fin d’année pour faire de l’exercice, ou peut-être ne sont-ils simplement pas très motivés pour aller marcher ou courir dans le froid du mois de décembre. Autre élément de saisonnalité, on observe que le dimanche est le jour où la moyenne d’activité diminue avec 5 000 pas en moyenne lorsqu’on est à près de 7 000 pour les jours de semaine hors vacances.

Après les excès alimentaires pendant les fêtes de fin d’année, le mois de janvier est-il propice à de bonnes résolutions sur le poids ? Certainement si l’on en croit la courbe suivante. Celle-ci représente l’évolution du nombre de pesées pour un pool fixe d’individus entre mi-décembre et mi-janvier, en base 100. On peut voir que le nombre de pesées diminue pendant les vacances de Noël et remonte dès le 2 janvier. On voit également que les gens se pèsent davantage en janvier qu’en décembre avec environ 45% de pesées supplémentaires. Cela laisse penser que les gens se laissent effectivement un peu aller pendant les fêtes et sont désireux de vérifier qu’ils ont perdu les quelques kilos supplémentaires qu’ils viennent d’acquérir.

A propos des données
Cette étude a été réalisée auprès d’un panel d’utilisateurs de produits Withings. Withings garantit la confidentialité des données personnelles et protège la vie privée de tous ses utilisateurs. Ainsi, toutes les données utilisées pour cette étude sont anonymisées et agrégées.

Susie Felber

Susie is a writer, comedian, and producer who has worked in TV, film, theater, radio, video games, and online. As the daughter of a hard-working M.D., she's had a lifelong interest in health and is currently on a personal mission to "walk the walk" and get her writer's body in better shape.
Loading Article...