Joe, ce « Monsieur tout le monde » qui a perdu 68 kilos

Joe, ce « Monsieur tout le monde » qui a perdu 68 kilos

Inspirations
Copié !

Perdre 68 kilos n'est pas facile. Nous avons choisi de vous parler de Joe Swam non pas simplement parce qu'il a réussi à maigrir en utilisant une balance Withings mais parce que son souhait le plus cher est justement que son histoire puisse « aider ne serait-ce qu'une seule personne ». Lisez ce qui suit pour découvrir des photos avant/après de Joe Swam et comment il est parvenu à reprendre le contrôle de son corps, à retrouver confiance en lui et à reprendre sa santé en main pour ceux qui comptent le plus pour lui : les membres de sa famille.

Se qualifiant lui-même de « Monsieur Tout le monde », Joe, 41 ans, père de famille et employé dans un supermarché Shoprite, n’a pas toujours été en surpoids. Il était même en excellente forme physique et jouait au basket et au beach-volley. Il a même été coach sportif auprès de clients particuliers quand il avait une vingtaine d’années. Mais quand une blessure au dos survenue au travail lui cause des douleurs chroniques et qu’il manque de sommeil suite à la naissance de son fils, il compense en ingurgitant 1 litre de crème glacée en une seule fois et finit par atteindre quasiment 158 kilos.

Après avoir perdu plus de 22 kilos en « bougeant plus et en mangeant moins » mais sans vraiment changer son approche de l’alimentation, Joe Swam rechute et son poids recommence à stagner suite au décès de sa sœur.

Mais après avoir entendu son idole, Penn Jillette, parler de son régime, Joe décide de le contacter. Il trouve alors la motivation et les outils dont il a besoin pour perdre ses 45 derniers kilos, réduire sa pression artérielle et modifier durablement sa relation à la nourriture.

Withings : Nous vous sommes vraiment reconnaissants d’avoir accepté de partager votre histoire avec nous, Joe. Pour commencer, pouvez-vous nous dire comment vous avez rencontré Penn Jillette et quelle a été son influence sur votre santé ?

Joe Swam : Je suppose qu’on pourrait dire que j’ai commencé par carrément le harceler. En dehors de mes parents, Penn Jillette est mon plus grand héros. Il y a des années, Penn et Michael Goudeau (qui se produit lui aussi à Las Vegas et a suivi le même régime) présentaient une émission intitulée « Penn Radio ». Je l’écoutais tous les jours. Je connaissais le duo Penn & Teller depuis le milieu ou la fin des années 1980, mais en écoutant leur émission, j’ai découvert leur spectacle Showtime. J’ai commencé à poster chaque jour des messages sur son compte Twitter. Je me suis inscrit sur Twitter uniquement pour le suivre. J’ai enregistré une alerte sur mon téléphone pour être informé à chaque fois qu’il postait une nouvelle vidéo sur YouTube. Je postais un lien sous forme de tweet et le lui envoyais. Il a alors commencé à retweeter mes tweets. Nous nous sommes finalement rencontrés lors d’une séance de dédicace à Washington D.C. Il m’a contacté juste avant sa première apparition sur Celebrity Apprentice et m’a demandé si je pouvais tweeter en son nom pendant qu’il participait à l’émission. Pour me remercier, il nous a offerts des billets gratuits pour aller voir son spectacle en famille à Atlantic City. On a un peu bavardé après le show. Je l’ai revu l’année suivante à Las Vegas pour The Amazing Meeting (un séminaire dédié aux sciences, au scepticisme et à l’esprit critique). Nous avons continué à nous voir et notre cercle d’amis mutuels a continué de s’élargir. J’ai passé plusieurs soirées chez lui à regarder des films et il m’a souvent invité à partager son repas. Il a été incroyablement gentil avec moi. Je n’exagère pas en disant que c’est « mon plus grand héros ». Maintenant c’est un ami.

Penn Jillette before weight loss picture
Atlantic City, NJ 2012 : Joe et Penn avant leur transformation

Qu’est-ce qui vous rend le plus heureux dans la vie ?

Shelley (son épouse de 38 ans), Jeffery (son fils de 15 ans) et le fait de faire rire les gens. Rien ne me rend plus heureux. Ils comptent sur moi pour les soutenir, que ce soit sur le plan financier ou affectif. Nous formons une famille. Ils sont tout pour moi. Je fonçais tête baissée vers la crise cardiaque ou un autre problème de santé grave qui aurait vraiment mis notre famille dans le pétrin. Ray et Penn ont changé ma vie en me la rendant. Et en me rendant à Shelley et à Jeffery. On n’est jamais sûr de rien bien sûr, mais les changements que Ray et Penn m’ont aidé à faire me permettront sans doute de rester plus longtemps auprès de ceux qui comptent le plus pour moi.

Beaucoup de gens ont un « déclic » avant un bouleversement majeur comme une perte de poids aussi importante. C’était quoi pour vous ?

Quand je suis rentré de Las Vegas au cours de l’été 2014, j’ai vu des photos de moi sur Facebook. Se regarder chaque jour dans le miroir c’est une chose mais se voir en photo à côté d’autres gens en est une autre. Je n’arrêtais pas de me dire « Oh la vache ! Je ne suis pas tellement plus gros que lui, si ? » C’est ce qui m’a incité à utiliser l’un des tensiomètres installés dans certains de nos supermarchés. L’écran affichait 19-14,8 et la mention « Tension élevée » apparaissait en rouge. Je comprenais ce que le mot « élevée » voulait dire mais je ne voyais pas vraiment à quoi ces chiffres correspondaient. J’ai donc demandé à la pharmacienne ce que signifiait 19-14,8. Elle m’a dit que ça voulait dire qu’il fallait que j’aille tout de suite aux urgences. Sur le moment, j’ai préféré en rire mais j’ai alors décidé qu’il fallait que je reprenne ma santé en main. J’ai supplié mon médecin de ne pas me prescrire de médicaments contre l’hypertension. Je voulais tenter de la réduire en modifiant mon mode de vie. Il a accepté mais je ne pense pas qu’il y croyait vraiment. Ma tension artérielle s’est maintenant stabilisée entre 11-7 et 12-8. Sans aucun médicament. Ma perte de poids a été le facteur déterminant de cette baisse.

Quel rôle Penn a-t-il joué dans votre perte de poids ?

Pendant quelques mois, d’août 2014 à février 2015, j’avais tenté de perdre du poids en utilisant la méthode « classique », c’est-à-dire en mangeant moins et en bougeant plus. J’avais obtenu d’assez bons résultats mais ma sœur est décédée et j’ai rechuté en reprenant mes vieilles habitudes pour faire face au chagrin que je ressentais. Penn avait un peu évoqué sa perte de poids sur son podcast et je lui ai envoyé un message via Facebook pour le féliciter. Il m’a également félicité. Je lui ai expliqué que mon poids stagnait et il m’a dévoilé tous les secrets de Ray Cronise, juste après m’avoir écrit, « Je ne suis pas censé en parler ». Depuis, il m’envoie des messages de soutien.

Que ressentez-vous en vivant dans ce nouveau corps ? Votre personnalité a-t-elle changé ?

Je ne m’étais pas rendu compte à quel point j’allais mal quand je pesais 156 kilos. Je pensais que c’était normal de grossir en prenant de l’âge. On vieillit, on prend du poids mais on ne dit rien et on va bosser. C’est ce que mon père a fait. Et puis, il a fait une crise cardiaque et a dû changer de mode de vie. Sa crise cardiaque m’a même fait changer pendant un certain temps, mais un ou deux mois après, j’avais repris mes mauvaises habitudes. L’été dernier, j’ai été courir sur la piste d’athlétisme d’une école de mon quartier. Pour une raison que j’ignore, j’ai décidé d’enlever mes chaussures et mes chaussettes et de traverser le terrain de football en courant, pieds nus. J’ai fait ça plusieurs fois. Je me sentais à nouveau comme un enfant. Un sentiment que je pensais ne jamais plus ressentir. J’ai aussi beaucoup plus confiance en moi maintenant. J’ai moins tendance à me cacher quand je suis en société. Je suis encore maladroit, mais moins qu’avant.

Vous avez utilisé une balance Withings. Pensez-vous que les gadgets High Tech sont vraiment nécessaires ? N’aviez-vous pas une balance avant ?

Oui, j’avais une balance mais j’aime le fait que la balance Withings et la montre Activité Pop se synchronisent avec l’application Health Mate. J’aime retrouver toutes les données chiffrées au même endroit et ainsi adapter ma journée en conséquence. Je n’ai pas besoin d’enregistrer mon poids sur une application, il s’affiche automatiquement. Je ne peux plus me voiler la face quand j’ai mangé un truc pas très « régime » et que mon poids est monté d’un cran. Je suis obligé de l’admettre. Si je consulte l’application à 14 h et que je vois que j’en suis à 3000 pas, ça me rappelle qu’il faudrait peut-être que je me lève et que je bouge plus. Je suis devenu un véritable adepte des rituels. Chaque jour, je commence la journée en montant sur ma balance Withings.

Quelle chose essentielle avez-vous apprise grâce à l’enseignement et aux conseils de Ray Cronise ?

Qu’il faut avant tout pacifier sa relation à la nourriture. L’alimentation américaine traditionnelle ne me convenait pas et il fallait que je prenne des mesures drastiques pour reprendre ma santé en main.

Partagez-vous vos statistiques ou votre tableau de bord sur l’application Health Mate de Withings avec quelqu’un et, si oui, avec qui ?

Je partage mon tableau de bord avec Ray et avec ma femme. Je publie aussi régulièrement des infos sur les réseaux sociaux. Je pense que ça permet de prendre ses responsabilités. J’aime ça et j’en ai besoin.

Qu’est-ce que Penn vous a appris en matière de régime ?

Une fois encore, qu’il faut pacifier sa relation à la nourriture. Il m’a également conseillé de manger des tas de myrtilles, généreusement saupoudrées de poivre de Cayenne et de cacao en poudre. C’est un truc qui me revient en permanence.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite perdre du poids mais n’est pas encore impliqué à « 100 % » ?

Tout comme l’individualisme ne fait pas bon ménage avec le travail en équipe, se distraire ne rime pas forcément avec « nourriture ». Développer une relation saine à la nourriture a joué un rôle essentiel pour moi. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut plus manger pour se distraire, simplement il ne faut pas que ce soit la principale raison pour laquelle on mange. Je ne pense pas qu’il puisse y avoir de perte de poids durable si on ne change pas sa propre relation à la nourriture.

Mangez-vous parfois de la viande, des produits à forte teneur en matières grasses ou en sucres raffinés ou d’autres aliments « interdits » ? Certains aliments vous sont-ils interdits ?

Rien n’est interdit mais je consomme de la viande ou des produits considérés comme « pas très diététiques » de manière qu’on pourrait qualifier de « peu fréquente et ciblée ». En gros, une fois toutes les deux semaines, je mange ce que je veux pendant un repas. Je constate d’ailleurs que j’ai maintenant de moins en moins envie de le faire. Le seul aliment auquel je succombe de temps en temps c’est le beurre de noix de cajou. J’aurais juré que c’était le bacon ! Eh non ! Mon péché mignon c’est le beurre de noix de cajou. Je m’autorise à en manger une cuillère tous les deux jours.

Que diriez-vous à quelqu’un qui n’imagine pas pouvoir se sentir rassasié et heureux en sachant qu’il ne pourra plus jamais manger ses plats préférés s’il souhaite rester mince ?

On peut continuer à consommer ses aliments préférés. Mais pas tout de suite et pas aussi souvent. Mais je vous assure qu’être mince est bien plus agréable que de manger ces aliments-là.

J’ai vu sur Twitter que votre femme Shelley avait perdu 27 kilos. Est-ce votre exemple qui l’a inspirée ? Quel impact ce nouveau mode de vie a-t-il eu sur votre fils ?

Elle a utilisé un grand nombre des méthodes que Ray nous a apprises. Elle a aussi utilisé ses propres méthodes. On n’impose pas nos choix alimentaires à notre fils. On essaie simplement d’introduire des aliments sains dans son alimentation aussi souvent que possible. Mais il a quinze ans. Quoi qu’on fasse, il ne renoncera pas aux pizzas et aux Doritos. Il s’intéresse à ce qu’on mange et participe parfois à la préparation des repas. C’est un peu comme la religion, j’essaie de partager avec lui certaines choses que je fais ou auxquelles je pense et puis je m’efface pour qu’il puisse trouver sa propre voie.

Pensez-vous avoir perdu certaines choses en perdant du poids ?

Je crois que les seules choses que j’ai perdues c’est du gras et mon hypertension artérielle. Ma perte de poids n’était qu’un début. Maintenant je participe à des courses de 5 km et je pratique la méditation. Je suis plus productif au travail et plus présent avec ma famille quand nous sommes ensemble. Je ne doute pas une seconde que certaines personnes ont du mal à s’adapter à leur nouvelle image. Mais je n’ai pas connu ça. J’avais oublié que j’étais capable d’accomplir certaines choses. Maintenant je n’arrête pas de me dire, « Qu’est-ce que je pourrais faire d’autre ? ». Il n’y a eu que du positif.

Que diriez-vous à quelqu’un qui craint de se lancer parce qu’il a peur d’échouer, comme avec d’innombrables autres régimes ?

Quasiment tous les progrès accomplis par l’humanité ont été obtenus après de nombreuses tentatives infructueuses. C’est comme ça qu’on apprend. Il faut arrêter d’avoir peur d’échouer. Je dis ça mais j’ai encore trop peur de prendre le micro pour raconter une blague lors d’une soirée d’impro. Je devrais sans doute un peu plus écouter mes propres conseils !

En quoi votre histoire est-elle exemplaire ? Pensez-vous être un modèle et une source d’inspiration ?

Je pense que mon histoire peut intéresser les gens parce que je suis un type comme tout le monde. Je ne suis pas ni un magicien célèbre, ni un comique ni un intello spécialisé dans la biologie marine. Je suis juste un type comme les autres qui va pointer tous les jours, comme beaucoup de gens. Parfois, quelqu’un envoie à Penn un message sur Twitter en disant, « Bien sûr. Vous êtes riche. Vous pouvez vous permettre de manger comme ça. Vous avez tout le temps de faire du sport. » Mon histoire est la parfaite réponse à cette critique.

Je ne sais pas si elle est exemplaire mais un collègue m’a dit un jour qu’il ne pouvait pas manger comme moi parce que ça coûtait plus cher. Je lui ai dit que, d’une part ce n’était pas vrai, et que j’avais désormais un peu plus d’argent à dépenser en fruits et légumes car je n’avais plus à acheter de chemises grande taille, toujours plus chères. Je mets désormais une taille L au cas où vous auriez des T-shirts Withings gratuits… Je plaisante !

Pas besoin d’être riche ou célèbre ni même particulièrement intelligent pour prendre sa santé en main. Il faut juste faire un peu attention et disposer des bonnes informations. Et d’une balance Withings bien sûr (si vous voyez ce que je veux dire !). J’évite de dire : « Si j’y arrive, pourquoi pas vous ? » Mais bon…

***

Merci Joe d’avoir partagé votre histoire avec nous. Vous pouvez suivre Joe sur Twitter @jrswam

Body Cardio

Découvrez une nouvelle façon de mesurer votre santé cardiovasculaire et votre composition corporelle. Body Cardio est…
Learn More
Loading Article...